Uncategorized

Les gens qu’on aime #11

Je suis tombée sur le défi du Dr Caso l’autre jour. J’ai trouvé l’idée très chouette, une galerie des histoires des gens qu’on aime. Et puis, bien sûr, je suis lente et je ne m’y mets qu’aujourd’hui. On commence par le n°11 : quelqu’un avec qui on travaille.

Je l’ai d’abord rencontré au téléphone, il y a peut-être trois ans. Je travaillais encore dans le 13e et je devais régler une sombre histoire de camion trop gros pour passer sous un pont, enfin quelque chose comme ça. Après avoir vu deux-trois mails qui tournaient en rond entre les autres acteurs, il m’avait appelée pour convenir d’un rendez-vous sur le terrain, et son énergie, sa voix chaude et riante, je l’imaginais sourire au téléphone, manches retroussées, à l’aise n’importe où, le no-bullshit kind of guy qu’on croise de temps en temps dans mon métier*, j’ai su tout de suite qu’on s’entendrait. Le rendez-vous était très simple et joyeux, je ne suis pas restée longtemps, convaincue justement que tout se passerait bien avec lui.

Et puis, l’an dernier, alors que je venais d’arriver sur mon poste actuel, j’apprends que je risque de perdre mon bras droit (l’adjoint, je veux dire, mon bras allait fort bien). J’étais justement en train de recruter ceux qui pourraient le remplacer, par une espèce de jeu de domino bizarre, et je m’inquiètais d’autant plus : les premières candidatures sont catastrophiques, sacré vertige qui monte, qui monte, je n’aurais pas fait une énorme connerie en acceptant ce poste, hmmm ?… et pouf, lorsque sa candidature m’arrive par mail, je suis instantanément soulagée. Peu importe qui seront les autres candidats, je me dis, celui qui sera retenu sera au moins aussi bien que lui, je signe où vous voulez !

Quelques semaines plus tard, lors des entretiens, je suis très enthousiaste pour mon favori mais je le chuchote à peine. Je suis la seule à le connaître parmi les membres du jury et je ne veux pas les influencer, après tout je le connais si peu, je suis peut-être 100% convaincue mais je reste capable de me planter. Sur les questions techniques, il répond souvent à côté de la plaque et j’ai la trouille qu’il se fasse assassiner, mais heureusement (et évidemment) son charisme et son énergie sont tellement impressionnants qu’il finit loin devant tous les autres. Je sors des délibérations ravie pour lui et maintenant que mon bras droit en titre ne parle plus de s’en aller, j’en suis presque contrariée.

Le jour même, de retour au bureau, ledit bras droit vient me voir avec un petit sourire en coin. Il vient d’apprendre qu’il était recruté ailleurs et quittait donc mon service… tic tac toe.

C’est comme ça que L. est devenu mon work husband, il y a un an et quelques jours, tout juste. Il est encore plus chouette que tout ce que j’aurais pu imaginer. Il est incroyable d’énergie, il abat une masse de travail invraisemblable, il est volontaire et drôle et (presque) tout le temps de bonne humeur, je l’adore parce qu’il rebondit sur toutes mes idées, parce qu’il est toujours à fond, je n’ai jamais besoin de le pousser à l’action, j’ai simplement à le canaliser, il est exactement ce qu’il me faut comme remède à la procrastination et à la mélancolie.

Au cours de cette année folle, il m’a fait le plus beau des cadeaux en choisissant de rester travailler avec moi, it meant the world to me qu’un type aussi solaire que lui réponde à ses courtisans « Désolé mais je ne bouge pas, j’aime trop travailler avec elle, on est en train de monter un truc super, je veux voir la suite ».

Ben, tu sais quoi ? La suite c’est maintenant et j’ai hâte.

* travailler avec ces no bullshit kind of guy, c’est probablement ce que je préfère dans mon métier. ça et le fait qu’ils réalisent tous que j’ai toujours raison !

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s