Uncategorized

les gens qu’on aime #19

Avec un retard qui s’accumule mais faisons semblant de n’avoir rien remarqué, le défi du Dr Caso continue. Aujourd’hui, quelqu’un qu’on admire.

J’admire un peu tous les gens que j’aime, mais je n’admire jamais complètement quelqu’un que je connais. They’re all humans, after all.

Depuis quelques années, j’ai un petit fichier appelé « Dîner idéal » sur mon téléphone. Ce sont mes réponses à la question « Si vous pouviez dîner avec n’importe qui à travers le monde, qui choisiriez-vous ? », question qu’on trouve dans divers questionnaires de personnalité (ou sur l’étiquette des sachets de thé Pickwick).

Je n’ai jamais hésité sur la première personne à inviter à ce dîner : Neil Gaiman. J’adore ce type. Même s’il étranglait 14 bébés chats devant moi en ricanant, je l’aimerais encore.

Je l’ai découvert au tout début des années 2000, je ne suis plus très sûre de comment. Peut-être avec la série de bandes dessinées « Sandman » que quelqu’un avait emmené en vacances en 2002, et que j’ai lue sous un arbre, émerveillée par l’univers si original et en même temps si logique et plausible (à la suspension d’incrédulité près, naturellement), ça me rappelait un peu « Le Vagabond des Limbes » dont j’avais lu et relu les 4 épisodes de la bibliothèque familiale jusqu’à épuisement (je rêve toujours d’en lire l’intégrale, soit dit en passant). Peut-être que je l’ai plutôt découvert avec le roman « Neverwhere » que je me souviens avoir lu en bonne partie dans le métro en fantasmant sur les univers parallèles qui pourraient exister juste à côté, ici, tout près, juste à portée de…

Depuis, je dois avoir lu presque tout ce qu’il a écrit, vu une bonne partie de ce qu’il a scénarisé. J’ai une tendresse particulière pour « son » épisode de Dr Who (mais j’ai une tendresse particulière pour Dr Who, il faut dire) et pour « Coraline« , son Alice moderne et dégourdie.

Il a été invité il y a quelques années à faire un discours lors de la remise des diplômes d’un école de Beaux-Arts. Ce discours est un pur bijou, il me fait sourire, me tire vers le haut, me donne envie de vivre, fort et grand. S’y trouvent plusieurs concepts qui me plaisent beaucoup et que j’utilise (presque) au quotidien. Je vous le conseille.

J’aime vraiment beaucoup ce type !

Par défaut

Une réflexion sur “les gens qu’on aime #19

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s